Voisinage & Nuisance sonore : Comment gérer votre système de son ?

Vous souhaitez acquérir un domaine pour en faire un lieu de réception pour des mariages ?

Nous ne pouvons qu’approuver cet excellent choix. Vous pourrez accueillir particulier ou professionnel dans leurs événements. Votre lieu sera l’objet de magnifiques souvenirs pour vos clients.

Pour cela, il est important de ne pas gâcher la fête. Et qui dit police qui débarque à 2 heure du matin dit soirée gâchée. Alors voici nos conseils pour réduire les problèmes de nuisances sonores avec votre voisinage pour votre ERP.

Que dit la législation française en matière de nuisance sonore ?

Le principe est clair : « aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé » (article R. 1336-5 du Code de la santé publique)

Le tapage nocturne concerne aussi bien un bruit perçu d’une habitation voisine que celui qui proviendrait de la voie publique. La nuisance sonore est qualifiée de tapage nocturne si celle-ci se produit entre 22H et 7H du matin. Depuis un décret du 9 mars 2012, cette infraction peut être sanctionnée immédiatement par une amende.

Dans votre cas, les nuisances sonores seront : instrument de musique, musique amplifiée, sono, chants, cris…
L’infraction est sanctionnée dès que ces divers bruits causent un trouble anormal même pour une seule personne du voisinage.

Cependant, une certaine dose de bruit et de désagrément doit être acceptée par les voisins. L’émergence du bruit perçu par autrui ne doit pas être supérieure à 5 dB(A) en période diurne et 3 dB(A) en période nocturne.

La conception de vos espaces, vous avez dit stratégique ?

Du bruit à l’intérieur, comment l’isoler de l’extérieur ?
La base est de comprendre comment la réduction de la propagation du son vers l’extérieur fonctionne ? Cette dernière fait appel aux techniques d’isolation acoustique (matériaux isolants), et sa bonne diffusion pour un confort d’écoute à l’intérieur de la salle pour les usagers, fait appel aux techniques de correction acoustique (matériaux absorbants).

Afin de limiter la propagation du son intérieur vers l’extérieur et de limiter les nuisances sonores pour les voisins, il est plus que nécessaire d’utiliser des techniques d’isolation acoustique.

Votre architecte doit vous conseiller pour prendre ce paramètre dans la conception de vos espaces. Évitez d’orienter les ouvertures principales vers les zones habitées, particulièrement en montagne où le son porte beaucoup et loin. Essayez de ventiler la salle au maximum afin que celle qui puisse rester fermée et donc isolée.

En intérieur, il est beaucoup plus facile de contrôler la musique plutôt qu’en extérieur. Si vous avez prévu une orangerie par exemple, fermée en hiver et ouverte en été, il faudra trouver des solutions pour votre voisinage estival. Utiliser des enceintes spéciales, réaliser des études acoustiques, faire des plans…

Car en extérieur, beaucoup de facteurs entrent en jeu et modifient la portée du son.

Ce dernier peut-être affecté par le sens du vent, par la forme de la montagne qui fera plus ou moins porter le son, par les bruits parasites (route, travaux…). Tant de facteurs aléatoires qui peuvent changer à tout moment. C’est pourquoi le contrôle du son en extérieur est très incertain et nécessite une étude en collaboration entre l’architecte et une société comme la nôtre.

Enfin, sachez que même avec la meilleure volonté, vous ne pourrez jamais avoir un contrôle total de la propagation du son. Mais cela ne veut pas dire ne rien faire pour autant. Car entre limiter le son et ne rien faire du tout il y a de la place.

Il existe aujourd’hui plusieurs techniques de son pour réduire ces nuisances ou la portée du son.

Le limiteur acoustique

Il permet de mesurer le niveau d’intensité sonore grâce à des micros internes ou externes. Selon les modèles, il peut également afficher le niveau sonore, avec différentes couleurs qui symbolisent certains seuils de pression acoustique.

Cet outil est devenu obligatoire pour tout lieu recevant du public et diffusant de la musique amplifiée. Toute installation de limiteur doit être précédée d’une étude d’impacts acoustiques qui déterminera la valeur à laquelle le limiteur doit-être réglé pour satisfaire à la réglementation en vigueur, ainsi que le type et le nombre de systèmes de limitation.

Il existe 3 types de limiteur acoustique :

La coupure du son : ce type de limiteur coupe le son en débranchant la sono lorsque celui-ci dépasse le seuil maximal. Autrement dit, le pire modèle, il faut l’éviter à tout prix.

La limitation de décibels en niveau global : Ces modèles réduisent d’eux-mêmes le volume sonore pour rester sous le seuil. Bien meilleur que le précédent, il permet de ne pas gâcher l’ambiance. La compression utilisée risque d’être tout de même remarquée par les clients.

La limitation de décibels par tranche d’octave : les meilleurs limiteurs acoustiques selon nous : ils appliquent une réduction du volume bien plus équilibrée, plus difficilement perceptible par les clients.

La maîtrise du son en sortie. A savoir que la machine peut aider l’homme mais elle ne pourra pas le remplacer tant pour le pire que pour le meilleur. Nos techniciens et nos artistes sont garants de ce paramètre.

Utilisez des enceintes adaptées

Réaliser une étude acoustique.
Avant tout, faites réaliser une étude acoustique par un professionnel. Si ce dernier réalise bien son travail, il devrait vous fournir des plans 3D de l’installation et des chiffres. Ils permettent de regarder l’évolution sonore selon la distance des enceintes afin de connaître les courbes de fréquence et de perte en dB en fonction de l’éloignement.

Comme matériel, vous devriez utiliser des enceintes de proximité afin de contrôler le son. Il s’agit de plusieurs petites enceintes dont le son ne porte pas loin et qui permette d’avoir une qualité sonore partout dans la salle sans être obligé de monter le son au maximum (avec 1 ou 2 enceintes par exemple).

On appelle cela la multidiffusion (plusieurs enceintes), elle s’oppose à la monodiffusion (une seule enceinte). Cette technique permet d’avoir un véritable contrôle sur le son.

Le mieux est de faire appel à un professionnel. Vous pouvez vous-même engager un technicien ou un régisseur que vous facturez lors de la location. Celui-ci sera présent à tous les événements, connaîtra parfaitement le lieu, avec ses limites et ses contraintes. Ceci est valable si vous avez un système de sonorisation fixe.

Si vos clients doivent louer eux-mêmes leur système de son, vous pouvez toujours exiger qu’il soit accompagné d’un technicien. Il sera là pour gérer le son et faire attention que tout se passe pour le mieux. Si le Dj s’approche du seuil maximal, le régisseur pourra l’avertir avant que le son soit distordu ou encore que le volume maximum soit atteint.

Le régisseur à donc son effet, mais le Dj aussi !

Si celui-ci s’amuse à mixer à fond et que tous les voyants s’allument au rouge, il va créer une distorsion du son et cela va se faire ressentir dans la qualité du son pour l’auditoire mais aussi pour le voisinage. D’où l’importance de choisir un Dj professionnel qui connaît son métier.

Il est d’ailleurs préférable d’imposer un seul Dj avec qui vous avez un partenariat en exclusivité ou une sélection de 2 ou 3 Dj dont vous savez qu’ils sont compétents et professionnels.

Discuter avec votre voisinage

C’est le volet prévention. SI vous êtes dans la phase projet/construction, il est important de prévenir votre voisinage de votre future activité. Entretenir des bonnes relations avec vos voisins ne sera que positif.

Effectuez des tests acoustiques depuis chez eux, montrez leur que vous avez réalisé une étude. Incluez les à votre projet, ils se sentiront considérés.

S’il voient que vous faites attention à ne pas les déranger, ils seront plus compréhensifs en cas de débordement.

Si vous êtes dans le cas où il est déjà trop tard, vos voisins ont déjà déposé plainte, c’est une autre affaire. Déjà vous devez déterminer si vous dérangez réellement les voisins ou si c’est eux qui manque de compréhension.

Pour cela, faites des tests. Lors d’un mariage, rendez-vous chez eux et mesurez les dB. Vous aurez assez vite la réponse. Vous devez ensuite analyser ce qui est réellement dérangeant ?

Est-ce la musique trop forte, est-ce les rires des gens ? De nombreuses questions sont à poser. Nous vous accompagnons pour vous aider à répondre à ces problématiques.

Dans le premier cas, il va falloir revoir votre système de sonorisation. Installez un limiteur acoustique si ce n’est pas déjà fait. Peut-être que votre matériel manque de qualité.

En tout cas, vous devriez faire appel à un expert pour qu’il détermine le problème. Peut-être devriez vous aussi revoir les Dj avec lesquels vous travailler, ceux-ci manquent probablement de connaissance et nécessitent une responsabilisation, au cours d’une réunion pour prévenir afin d’éviter de guérir.

Sinon, collaborer avec un régisseur, spécialiste du son. Dans tous les cas, la nuisance sonore engendrera sûrement des frais, que ce soit de travaux, de main d’œuvre, de nouveau recrutement…

Mais vous devez passer par là, si vous souhaitez pouvoir continuer votre activité en toute tranquillité.

enceinte son
speaker set
instagram
neon smile
money
green event
cocktain hiver